Accueil

Contact

Notre équipe

Bulletin d'inscription

Voyages privés en Asie - Horizons 2018-2020
Voyages privés en Asie - Horizons 2018-2020
Petits groupes - courts séjours
Premiers regards 2018-2019
Petits groupes - courts séjours Premiers regards 2018-2019

Liste des Chroniques

Dernière chronique

Premier regard à Bukhara

Au cœur de l’été, alors que le soleil darde de tous ses feux, je déambule dans les anciens quartiers, à quelques rues des antiques médersa, des arcades voûtées des marchands, des échoppes de souvenirs et des maisons de thé. Les ruelles tortueuses sont vidées de leurs habitants, réfugiés dans l’ombre rafraîchissante des cours intérieures. Tout est si calme et mes pensées remontent la longue histoire de l’antique cité de Bukhara.

Comment était ce lieu voici mille ans, lorsque les caravanes de chameaux approchaient sur la Route de la Soie, guidées par l’imposant minaret Poi-Kalyan, passaient les murailles de la ville pour une halte bienvenue, pour échanger marchandises, souvenirs et dernières nouvelles, pour se confronter à de nouvelles idées, d’autres cultures et d’autres religions? Quelles pensées et quelles sciences en plus de l’algèbre, de la médecine et de l’astronomie ont pris forme dans les écoles de Bukhara réputées dans le monde entier? L’esprit d’un temps glorieux semble à portée de main…

OuzbékistanOuzbékistan

Soudain des cris percent le silence et me ramènent au temps présent. D’où viennent-ils, que se passe-t-il? Je m’approche rapidement et mes pas me portent jusqu’à une grand-place autour d’un haouz, un grand bassin traditionnel. Cinq garçonnets en ont fait leur piscine et se disputent à grands cris en un joyeux concours de sauts dans l’eau froide.

Chaque quartier possédait autrefois son haouz, réservoir d’eau potable et lieu de rencontre des habitants. Parfois de simples fontaines villageoises, mais certains se sont agrandis et ont donné leur nom à des places prestigieuses. La mosquée de l’Emir, dont les vingt colonnes se reflètent dans l’eau, a été construite au XVIIIe siècle au bord du Bolo-Haouz. Le Lyabi-Haouz, le plus grand de Bukhara, est situé entre les médersa Nadir Devon Begi et Kukeldash. A l’époque, les docteurs de la religion et les savants de ces fameuses universités se retrouvaient près de la fraîcheur des bassins, comme aujourd’hui se réunissent ici jeunes et âgés pour y passer d’agréables moments. Durant les longues soirées d’été, ils occupent de grandes tables pour partager de savoureux plats locaux, brochettes d’agneau, riz pilaf, salades et galettes de pain plat, le tout plus ou moins arrosé de vodka.

A voir ainsi les garçonnets jouer et sauter dans l’eau, des souvenirs me reviennent à l’esprit, lorsque, avec d‘autres enfants, nous transformions la fontaine du village en pataugeoire durant les chaudes journées de l’été. La ville lointaine que je découvre ici, avec son passé digne des Mille et une nuits, me paraît soudainement proche et familière. Les plaisirs simples qui se déroulent devant mes yeux dissipent la distance entre le passé et le présent, entre l’inconnu et le familier.

CM

Chroniques de voyages

Recevez régulièrement nos "Chroniques de Voyages", notre lettre d'information par laquelle nous souhaitons resserrer les liens avec nos voyageurs et autres personnes intéressées par nos voyages. Nous vous parlons d'expositions, de lectures, de films, mais aussi bien sûr de voyages: voyages passés, d'autres en cours et aussi voyages à venir. Vos commentaires sont toujours les bienvenus et si vous voulez contribuer au succès de nos "Chroniques de voyages" en y ajoutant un texte ou quelques photos, n'hésitez pas à nous en informer.