Accueil

Contact

Notre équipe

Bulletin d'inscription

Voyages privés en Asie - Horizons 2018-2020
Voyages privés en Asie - Horizons 2018-2020
Premiers regards 2019-2020
Premiers regards 2019-2020

Retour

La plaine de Caïn

De Spôjmaï Zariâb

Spôjmaï Zariâb est née en 1949 à Kaboul. Elle écrit en persan. Diplômée de littérature française, elle vit en France depuis 1991. "L'exil est une chute violente, totale. Il faut du temps pour sortir de ce vertige." Elle a publié Ces murs qui nous écoutent (éd. L'Inventaire, 2001) et Dessine-moi un coq (éd. L'Aube, 2003).

Les treize nouvelles qui forment La plaine de Caïn furent éditées il y a 13 ans à Kaboul. Au centre de ces récits, il y a les femmes, dressées contre la violence qui leur est faite dans un monde perdu, dans une ville devenue vide, silencieuse, prisonnière, à l'odeur de sang. Les textes témoignent de la barbarie du régime ; les « damnés de la ville » ont pris possession des rues mais demeurent invisibles. Une folie terrifiante s'empare des passants, du libraire, des collègues, de tous, même des enfants. Les femmes de ces nouvelles sont des mères endeuillées par la mort d'un fils ou angoissées à l'idée du sort qui attend leurs filles, le même que celui qu'elles ont subi.

Derrière la souffrance des personnages, il y a pourtant la poésie du parfum froid de la neige, les souvenirs des villes animées et grouillantes et des atmosphères de fête dans les villages. Il y a aussi l'espoir et un immense instinct de vie. "Si seulement, me disais-je, la femme du voisin et toutes les autres femmes pouvaient se dépouiller de leurs vêtements noirs et de leurs foulards blancs et se parer de jaune, de vert, de bleu, d'orange, de mauve et de pourpre ! Si seulement un jour arrivait où ce seraient les fleurs de leurs jardins qu'elles arroseraient avec leur seau d'eau et de jolis oiseaux qu'elles attireraient à elles pour les nourrir ... ce qu'elle serait belle, cette ville ! Et les autres villes aussi, et le monde entier ! Si un jour ... Si seulement..."

Pour la première fois depuis des années, mon coeur de pierre a frémi. Dans ma tête résonnaient les mêmes mots:"Si un jour ... Si seulement..." Et le fou rire m'a saisie, comme si j'étais une petite fille de trois ans."

L'Aube poche 2003