Accueil

Contact

Notre équipe

Bulletin d'inscription

Voyages privés en Asie - Horizons 2018-2020
Voyages privés en Asie - Horizons 2018-2020
Premiers regards 2019-2020
Premiers regards 2019-2020

Retour

Syngué sabour, Pierre de patience

un hymne à la liberté et à l'amour

De Atiq Rahimi

Dans une petite chambre, rectangulaire, vide de tout ornement à part une photo et un petit kandjar accrochés au mur, et un coran posé sur un oreiller de velours, une femme vit au rythme de la respiration silencieuse et lente d'un homme.

Lui, l'homme, combattant dans un pays musulman, cela pourrait être l'Afghanistan, gît dans le coma, une balle dans la nuque. Il gît, insensible à tout, les yeux grands ouverts sur le vide.

Elle, l'épouse, humecte les yeux de l'homme, change le cathéter, lave son corps, ce corps vide. Au rythme du souffle de l'homme, elle égrène son chapelet, un grain par respiration. Elle parle, elle lui parle, pour la première fois peut-être. Elle lui confie tout ce qu'elle n'a jamais osé lui dire, tout ce qu'elle n'a pas pu lui dire. Elle crie aussi ses douleurs, ses révoltes. L'homme devient sa syngué sabour, cette pierre qui absorbe comme une éponge tous les mots, tous les secrets jusqu'à ce qu'un beau jour elle éclate.

Dehors, c'est la guerre, un quartier qui se vide de tous ses habitants, des coups de feu, la peur.

Dans ce quatrième roman, écrit en français, Atiq Rahimi se fait pierre de patience (synghé sabour). Il a recueilli et réinventé les douleurs et les espoirs de cette femme de l'ombre. Cette femme, à qui il donne un rôle de tragédienne antique, devient symbole : « Cette voix qui émerge de ma gorge, c'est la voix enfouie depuis des milliers d'années. »

Du même auteur : Terre et cendres (P.O.L. 2000) - Les mille maisons du rêve et de la terreur (P.O.L. 2002) - Le retour imaginaire (P.O.L. 2005)

P.O.L. 0