Accueil

Contact

Notre équipe

Bulletin d'inscription

Voyages privés en Asie - Horizons 2018-2020
Voyages privés en Asie - Horizons 2018-2020
Premiers regards 2019-2020
Premiers regards 2019-2020

Retour

Ville à vif

De Imane Humaydane Younes

Dans Beyrouth meurtrie, pareille aux vestiges d'une maison, quatre femmes survivent à leur quotidien douloureux. Leurs familles écartelées, dispersées, endeuillées, elles sont toutes rassemblées dans le même immeuble, à la jonction des zones chrétiennes et musulmanes. Liliane, rare chrétienne à être restée dans le quartier musulman, souhaite partir en Australie avec ses deux enfants rejoindre son frère, Warda, attend en vain des nouvelles de sa fille et dialogue avec des invités fantômes; Camillia, jeune druze qui a fui son village après l'assassinat de son compagnon et Maha, vieille musulmane, la mémoire du quartier et la gardienne des clés. A travers ces quatre portraits, Imane Humaydane Younes nous donne à lire la douleur de la guerre civile au Liban.

Extraits

"A peine passé le portail en fer de l'immeuble, l'air frais du matin me fouette le visage. J'ouvre grand la bouche pour en aspirer autant que je peux. C'est comme si mes narines ne suffisaient plus à m'alimenter en oxygène ou comme si je voulais humer l'air du printemps tout entier en une seule goulée. Je n'ai pas souvenir d'avoir jamais vu un soleil si radieux. Pourtant la pluie n'a pas cessé de la nuit et l'asphalte luit encore d'humidité. Autour de moi, tout étincelle, silencieux et désert. Les immeubles du bout de la rue demeurent muets comme des ruines abandonnées depuis des siècles. A l'intérieur de leurs carcasses, s'accumulent détritus pestilentiels, objets délaissés... Des traits de lumière ceinturent ces ruines, transformant les façades en une sorte de théâtre grec. Je me sens soudain toute bête à la vue d'une flopée d'hommes en armes rassemblés près de l'immeuble, les yeux braqués sur moi. Leurs regards ? Je ne m'en soucie plus. A chaque fois que je les croise, je me compose un masque. Il est particulièrement réussi ce matin : oeil rivé sur le lointain, n'exprimant rien, sinon la plus plate indifférence, bouche ni rageuse, ni rieuse, oreille à l'affût du moindre mot qu'ils pourraient prononcer, sans toute fois rien en laisser paraître, cervelle luttant pour contenir des bouffées de haine et les empêcher d'exploser à la manière d'une grenade sur ce bout de chemin."

Verticales, Le Seuil 2004